En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre entité ainsi que par des tiers afin de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts, la possibilité de partager des articles sur les réseaux sociaux, et la réalisation de statistiques d'audiences.

Plus d'informations sur les cookies
Actualité du mois de DÉCEMBRE 2018

 


Découvrez la page Facebook
de Cussac-Fort-Médoc




Ordinateur

ATELIERS PARTICIPATIFS
POUR LE NOUVEAU
SITE INTERNET
Vendredi 14 décembre
&
Lundi 17 décembre
18h30
Salle du Conseil Municipal
Inscription & infos en cliquant sur l'affiche


Résultat de recherche d'images pour "gif animé pere noel"Résultat de recherche d'images pour "gif animé pere noel"Résultat de recherche d'images pour "gif animé pere noel"

ANIMATION DE NOËL
CUSSAC-FORT-MÉDOC



ANIMATIONS BIBLIOTHÈQUE
DÉCEMBRE 2018
En attendant Noël...


LA HALHA DE NADAU
Vendredi 14 décembre
18h École Vauban



RÉCITAL DE PIANO
Paul-Yuji MARIGNAN
Samedi 22 décembre
16h Salle Joseph Despaze



SERVICES PUBLICS 33
Accéder directement à vos services en cliquant sur le
logo ci-dessous








180395 visites
CUSSAC et son histoire

Situé à 37 km de Bordeaux, Cussac offre à ses habitants un cadre de vie agréable entre estuaire et vignoble.

Le vignoble de Cussac, classé Haut Médoc, représente plus de la moitié de la surface agricole de la commune.

Mais, que savons-nous sur l'origine de notre commune?

L'origine du village remonte à l'époque gallo-romaine, aux environs du II ème siècle après Jésus- Christ. Son nom était alors CUSSACIUS.

Plus tard apparaît le nom de CUSSAC. CUSSAC désignait le lieu où se tenait un maquignon (cusson en vieux français). En effet, le premier lundi de mars se déroulait une foire au bétail.

Nous savons également que le seigneur de Cussac se nommait Raymond de Cuçac. Il vivait dans un château situé sur la route qui mène, actuellement, au Fort Médoc. Il était vassal du roi d'Angleterre et était loin de posséder les faveurs du roi Philippe-Auguste. Celui-ci, par l'intermédiaire du seigneur de La Marque, lui déclara la guerre. Le seigneur de La Marque, victorieux, fit raser le château et alla même jusqu'à faire décapiter le seigneur de Cuçac. Ce fait s'est déroulé en 1220. La famille se retira alors en Angleterre.
La devise de cette noble famille était "En Dieu est mon espoir", citation que nous retrouvons sur l'ancien blason de CUSSAC.

CUSSAC fut aussi le chef-lieu d'une ancienne baronnie qui fut rattaché à celle de Castelnau.
Très haut et puissant prince, le Duc de Glaucestre, est qualifié seigneur de lieu et du château de CUSSAC, dans un titre du 19 mars 1441.
Dans le siècle suivant, la seigneurie de Cussac était au pouvoir de la maison de Foix.

Ce qui est sûr, cest que Saint-Symphorien de Cussac rassemblait plusieurs villages comme le Bourg, Moneins, Jacquet, Gaston, Bécamil, tous situés sur le chemin de Cussac à Sainte-Geme.
Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la population la moins nombreuse se trouvait au Bourg, partie centrale à cette époque-là.
Il existait aussi un port placé à l'embouchure du chenal de Cussac dans la Gironde, où l'on embarquait des denrées. C'est par ce chenal que dégorgent les eaux d'un marais appelé Lilhet.

A cette paroisse, s'ajouta bientôt celle de Sainte-Geme qui, jusque-là, était indépendante et maîtresse de ses droits.
Quelques maisons nobles, comme la Chenaye, répandaient déjà, par l'intermédiaire de la fertilité de leur terroir, la bonne qualité de leurs productions.
Actuellement, le vignoble du château Lachenaye, entièrement reconstruit par la famille Bouteiller, est destiné à la production de vins fins. Il produit un vin dont la finesse et le bouquet sont très appréciés des connaisseurs.

Les pélerins se dirigeant à Saint-Jacques de Compostelle, arrivaient à Blaye, accostaient le plus souvent à Arcins. Ils empruntaient la route, où certaines croix nous rappellent encore ces longs périples. Ils empruntaient alors la côte de la Linière. Cette butte n'a pas dévié de son emplacement, elle n'a pourtant pas gardé son visage d'antan.
En effet, c'était une côte bordée de lin, d'où son nom. Une fois coupé, le lin séjournait dans des trous remplis d'eau, alimentés par le ruisseau qui passait au bas de la côte.Dans ces "clous", le lin macérait, et la matière gommeuse qui soudait les fibres textiles était détruite. Ainsi libéré, le lin était tissé par la suite, dans les dernières maisons de CUSSAC, à droite en se dirigeant vers Pauillac.
Puis ces chrétiens poursuivant leur but, passaient derrière le château Beaumont, longeaient le Moulin de Coutebotte et se rendaient à la chapelle de Benon.
Nous possédons peu de renseignements sur ce domaine, car la Révolution Française, en 1789, a malheureusement entraîné la destruction d'archives.

De style Renaissance, le château Beaumont est incontestablement le plus moderne de CUSSAC. Il occupe l'emplacement d'un ancienne maison noble qui appartenait au marquis d'Allègre.

    Mais, revenons sur nos pas, et dirigeons-nous sur CUSSAC LE VIEUX.

A l'intersection de la route départementale et celle conduisant au Fort Médoc, se trouvaient l'église et le cimetière. Ils se prolongeaient sur l'actuelle place du Vieux Cussac sur la route départementale allant jusqu'au devant du château Fort Vauban.
L'eglise nécessitait alors de nombreuses et coûteuses réparations. En 1855, le Conseil Municipal jugea que, vu son état, il devenait urgent de faire construire une nouvelle église. Comme "les petits villages" étaient fort éloignés entre eux, on choisit un emplacement à mi-chemin (lieu actuel). En attendant l'édification de l'église actuelle, le culte se déroulait dans les chais du Château Aney qui étaient loués à cet effet. L'autorisation de construire fut donnée le 15 avril 1859. Les pierres venaient de Bourg et elles étaient taillées à Cussac. On accéléra les travaux et, à Toussaint 1860, le culte se fit dans l'église. On termina évidemment les travaux par la suite, déjà sa flèche de 35 mètres se dressait dans le ciel et rassurait les habitants.
Les croix placées en bordure de route furent, il n'y a pas si longtemps encore, des croix de rogation. Les gens allaient en procession demander à Dieu de bénir les fruits de la terre.
Il ne faut pas oublier aussi qu'à cette époque-là, la superstition jouait un grand rôle.
Déjà, au XV ème siècle, l'archevêque de Pey Berlan, lui aussi médocain, se plaignait de la superstition qui règnait dans sa patrie.
Les croyances étaient si bien fondées que tout le médoc attribuait à Prat Lauret une tradition sabbatique. Les sorciers venaient dans ce pré y faire le sabbat. Ils dansaient toute la nuit autour d'un grand feu. Des cérémonies d'initiation à la sorcellerie pouvaient s'y dérouler.

 En 1814, mourait à Cussac, le célèbre poète et publiciste Joseph DESPAZE.

Ce n'est qu'en 1972 que CUSSAC prendra le nom de CUSSAC FORT MEDOC.

En 1975, on comptait 824 habitants; aujourd'hui, la population compte plus de 1800 habitants.
Avec ses nouvelles constructions mais aussi l'agrandissement de son groupe scolaire, ses commerçants, ses artisans, sa bibliothèque, son agence postale...CUSSAC offre désormais l'apparence d'une commune rurale en plein développement.


CUSSAC FORT MEDOC possède également un patrimoine prestigieux : le FORT MEDOC.

En 1685, Sébastien LE PRESTRE, seigneur de VAUBAN parcourait les côtes de l'Atlantique avec son fidèle adjoint FERRY.
A la citadelle de Blaye, il indiqua que celle-ci avait une situation stratégique mais ingénieuse il savait que pour maintenir l'autorité du roi et rendre BORDEAUX imprenable, il devait vérouiller le fleuve. Il projetta de construire une tour au milieu du cours d'eau sur une petite île appelée "île de Saint SIMON", qui deviendra l'île Pâté ou le "fort de l'isle" et, sur le côté opposé, un fort à quatre bastions;  BORDEAUX deviendrait ainsi imprenable par la mer.
Louis XIV séduit par le projet de "vérouiller la Gironde" ordonna le début des travaux du Fort de Médoc en 1686, la poudrière fut construite en 1687 avec une multitude d'ouvriers et de militaires. Puis, furent construits les quatre bastions reliés par des courtines.

Il y a maintenant quelques années, débutait un partenariat avec l'AFPA. Leur premier chantier de formation fut la reconstruction de la chapelle. Depuis 1967, l'association des Amis du Fort Médoc a débrousaillé le site et a apporté son aide pour certains travaux de restauration.
Fort Médoc a aussi offert son esplanade à un festival de jazz qui a accueilli de grands noms de la scène comme Ray Charles, BB King, Fat Domino mais aussi Césaria Evora, James Brown, Dee Dee Bridgewater ou bien encore Claude Nougaro, Michel Petrucciani et bien d'autres artistes ou musiciens de jazz. Fort Médoc a accueilli aussi un festival de musique reggae et un de musique techno. Au Fort Médoc on a pu également applaudir des spectacles de théâtre...L'espace et la scène que propose le Fort Médoc se prête à une quantité de spectacles historiques ou musicaux.
Récemment, le Fort a ouvert ses portes à Citécap, manifestation qui a rassemblé plus de 10000 scouts.

Après trois ans de travail et le franchissemnt de toutes les étapes, grâce à la forte mobilisation de tous les acteurs y compris celle de l'association des Amis du Fort Médoc, le dossier de candidature de classement du Verrou dont fait partie notre site au patrimoine mondial de l'UNESCO a été retenu.
Ce label prestigieux permet une augmentation significative du nombre de visiteurs.
                        

                                 

            Château Bernone  




                                                                                     

        Château La Chesnaye
 



    

        Château Lanessan

 

                 Château Le Raux


                                   

a3w.fr - Informations Légales - Administration - Plan du site - www.cussac-fort-medoc.fr - Accueil
OK
<Calendrier>
Décembre 2018